Swipe to the left

Le Covid du runner ou une vie sans objectif !

Le Covid du runner ou une vie sans objectif !

Le Covid du runner ou une vie sans objectif !

Connaissez-vous la différence entre un optimiste et un pessimiste ? Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité quand l’optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. Et c’est ainsi que dans cette période où des dispositifs liés au Coronavirus bouleversent les plans de tous les coureurs à pied, nous devons redoubler d’inventivité.

ANNULATION SUR ANNULATION

Les épreuves sur lesquelles nous nous sommes engagés, sont désormais toutes annulées ou reportées. D’ailleurs, vous souvenez-vous mais quand la nouvelle est tombée la veille du semi marathon de Paris début mars, pour les 40.000 participants ça a forcément été difficile à digérer. Et depuis ce sont toutes les organisations de la saison 2020 qui sont en danger. Alors quel impact pour les runners ?  Quoi faire ? Comment s’adapter ? Comment rester motivé ?

Faire du Home trainer

Une perte de repère

De façon un peu égoïste, c’est quand même tous nos objectifs de runners qui sont tombés à l'eau et ce n’est pas rien. C’est lui notre guide. C’est lui qui nous motive. C’est lui qui nous donne le chemin. Alors sans lui, même si c’est à priori provisoire, c’est une vie un peu plus triste que nous sommes entrain de vivre.

Le deuil de l'objectif

"Faire le deuil" est un des processus d'adaptation psychologique le plus difficile pour un individu. Ça commence toujours par un choc ! Quelque soit la perte, c’est la sidération. Mais cette étape est normale ! D’ailleurs, rien est engagé tant qu’on n’a pas perçu cette perte...

polar grit x

Une succession d'émotions

Assez immédiatement, on nie ! On est dans la négation. On s’y accroche ! On ne veut pas croire que ce virus ait pu tuer tous nos objectifs de la saison 2020 ! Ce déni, c’est une étape et elle est d’autant plus fortement ressentie que l’attachement est rompu de façon soudaine et inattendue. « c’est pas possible, pas maintenant », « non..…c'est impossible, ils ne peuvent annuler l’UTMB ou le Marathon de NY quand même, il y a trop d’enjeux...».

Et puis la colère

Et puis oui, on se met en colère ! En fonction de chacun cela se manifeste plus ou moins fortement suivant les personnalités. X dira « ils n’ont pas le droit de faire ça... ». Y lui dira « et le métro on ne le ferme pas ? ». Mais cette colère est logique. Il faut la comprendre. Les mecs s’entraînent pour leur objectif. Ils font des sacrifices. C’est aussi ce qui les pousse à y aller quand l’envie n’est pas là. « Comment vivre une jolie sans cet objectif ? ». C’est la flippe ! Ici apparaîssent les problèmes les plus concrets : les sous investis, la logistiques, l’organisation, etc. On prend conscience de tout ce qui a été fait pour arriver jusqu’à là et c’est souvent la qu’on ne dit plus grand chose. Et que parfois même les larmes sortent comme une libération.

Pas le choix, on doit s'adapter

SORTONS DE L’IMPASSE !

Allez secouons-nous ! On ne va pas se morfondre jusqu’à la fin du corona. Trouvons de l’espoir et de la joie ailleurs ! Commençons par accepter ! « C’est dur mais c’est ainsi, et on va continuer le mieux possible ». Renonçons à l’illusion de la toute puissance ! « De toutes façons, nous n’avons pas le choix... »,
« A leur place, j'aurais peut-être fait la même chose...». Trouvons un sens nouveau ! Il y a forcément un cadeau caché à aller chercher ! Nous allons trouver un nouveau projet ! Nous sommes capables d’y adhérer et même d'en être moteur.

On continue à vivre et on se projette avec joie

Ne cherchez pas à nier ces sentiments. Exprimez-les, vivez-les. Vous venez de passer des semaines difficiles à continuer de vous entraîner sérieusement comme vous pouviez, dans l’espoir que les courses aient quand même lieu. Alors c'est normal de se sentir ainsi... On va procéder par étapes !

A moitié confiné mais jamais sans bouger

Dans cette période, il est normal que immédiatement, vous craignez de voir l’envie et la forme s’envoler, et les kilos s’accumuler. 

Mais pour la plupart d’entre vous, vous n’avez pas traîné. Vous avez vite su comment vous équiper (et même trouver comment rouler connecté). Parallèlement, c’est aussi l’opportunité de travailler des parties délaissées tout le reste de l’année. Ou de faire progresser des axes d’amélioration. 

Souvent délaissés, les abdos sont très utiles pour les runners

profitons-en pour travailler d'autres zones musculaires

UNE NOUVELLE OFFRE D’EXERCICES

Pour la garder la forme et peut-être même faire monter son niveau de jeu dans cette période, ce sont tout un tas de nouvelles solutions de replis qui apparaissent. L’offre d’exercices invitant à se bouger ne s’arrête pas là, sur le web et les réseaux, les tutoriels exposent au sujet du « Sport At Home » ! 

Pourtant il conviendra juste de rester prudent et de bien les choisir...

LA PRUDENCE EST DE MISE...

Depuis le début du confinement, et même en sorti de confinement, les réseaux sociaux débordent de coachs souvent improvisés en 24h. Ils donnent des exercices à faire dans le salon, dans le garage ou sur le balcon. Une série de crunch filmée sur l’iPhone et 2 minutes plus tard elle est postée sur Instagram ! Les pros aussi tentent de s’adapter. Beaucoup envoient des exercices à leurs adhérents. Quand on parle d’opportunisme, aviez-vous déjà reçu autant d’emails pub quand ce moment ? Les applis spécialisées inondent les boites e-mails. Même les stars du sport nous proposent de les suivre avec des conseils pas forcément adaptés à tous. En cette période de confinement c’est le business du sport à la maison qui a le vent en poupe. Vous souveneza-vous le lendemain de l’annonce du président tous ces gens qui se sont découverts soudainement une passion pour la course à pied ? « Ah mais oui c’est vrai, les magasins de sport sont fermés ?! Peu importe, on retrousse le jean, on chausse les Stan Smith et s’en va courir le long des quais... ». Ces comportements ne sont pas sans risques. Tous ces gestes si nous les faisons mal, la sanction ne va pas traîner...

adaptez-vous et faites du renforcement

PAS D’INTENSITÉ EXCESSIVE

Adaptons les efforts à notre niveau de pratique. Faisons en priorité ce que vous savez faire ! Les choses que nous maîtrisons et apprenons doucement et progressivement les choses que nous découvrons. Ne nous aventurons pas à faire des squats si nous n’en avons jamais fait. Apprenons déjà le mouvement en faisant l’exercice à vide. Ne faisons pas non plus « d’abdominaux » sans faire de « lombaires » derrière, qui auront le bénéfice d’équilibrer.

Renforcez-vous maintenant pour courir mieux et plus vite

L’ÉQUILIBRE 

Ne déséquilibrons pas la structure. Le maître mot dans les activités nouvelles que nous exécuterons c’est justement  l’équilibre. Quand nous travaillons d’un côté, nous devons équilibrer de l’autre. Abdos = lombaires, quadri = ischio, bras = jambes. Et C’est la même chose avec l’équilibre de force et de souplesse. Pour nous muscler plus efficacement, nous devons corriger les déséquilibres et diversifier nos séances de renforcement musculaire. Il est important d'effectuer correctement un exercice avant de travailler la force brute. Si nous n’avons jamais entendu parler de la méthode Callisthenie c’est le moment de s’y intéresser. Celle-ci recommande de faire des séries de 5 répétitions maximum en ne se concentrant que sur la propreté du mouvement avant de passer sur des variations travaillant la force.

MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUÉRIR 

Dans cette période, Nous vous conseillons de développer en priorité l’agilité, l’équilibre et la souplesse plus que la force. Cela aide à corriger les déséquilibres musculaires. Et surtout le risque de blessure est moins grand qu’avec la musculation. Elle est donc bénéfique pour les coureurs non familiers des salles de gym et pour ceux qui reprennent après une blessure. Mettez en action un plus grand nombre de muscles que la musculation, et cibler des muscles peu travaillés par nos sports qui sont des sports d'endurance.  

POUR CONCLURE

Cette situation me conforte dans le fait que les runners et les sportifs en général sont des gens surentraînés à l’adaptation. Connaissez-vous le « coping » ? C’est de l’anglais ! « To cope with » qui signifie  « faire face à ». En ce sens, cette situation liée au covid-19 est une opportunité rêvée pour vérifier à quel pont nous sommes bons ! Nous allons tous, mettre en place une stratégie d’adaptation personnelle ou d’ajustement intime et nous allons vite reprendre la maîtrise des conséquences potentielles sur notre bien-être physique et psychique. Et on va à nouveau nous se servir de ce contexte pour nous prouver à quel point nous sommes capables de dépasser ce que nous croyions impossibles ! Nous sommes finalement plein de ressources et le Covid est une opportunité d’aller encore au-delà de nos limites ! On saura réutiliser l’expérience, une fois que la foule de coureurs sera libérée cette fois au son du pistolet et que nos 4 épingles à nourrice auront retrouvé leur seule vraie fonction...