Vous l'avez peut-être vu sur les réseaux sociaux, Jean-François TATARD, alias Jeff, a été récemment été contacté par la marque STIMIUM pour tester le gel MC3. L'occasion pour nous de prendre des nouvelles concernant sa forme et sa saison mais également de partager avec vous son ressenti sur ce nouveau produit de récupération.

 

 

ALORS JEFF, OÙ EN ES-TU SPORTIVEMENT ?

 

Si on s’en tient à mes résultats en course à pied, je suis entrain de faire une splendide « saison blanche ». Mon corps me fait aussi probablement payer les excès de toutes ces années de pratique à des intensités et dans des volumes souvent irraisonnables. Sous la contrainte et la fatigue, je me suis fissuré le bassin pendant l’hiver. Et alors, je ne sais pas qui de l’œuf ou de la poule est sorti le premier mais je souffre également d’une pubalgie. Elle m’empêche d’ailleurs encore d’aller courir. Seul la pratique de la bicyclette m’est pour l’instant possible.

 

 

COMMENT VIS-TU LA SITUATION ?

 

Au début, tu vis dans le déni. Tu refuses d’admettre la blessure. Tu persistes à croire que ça ira mieux demain. Tu traines à consulter le médecin et tu rejettes tout ce qui ne va pas dans ton sens. Tu veux continuer à courir.

 

Alors tu bricoles et tu persistes en continuant d’évoluer dans le mauvais sens de la spirale. Pourtant tes performances diminuent. Tes résultats baissent. Tu perds le plaisir et le sourire. L’inquiétude te gagne. Ta confiance s’épuise. Les choses s’aggravent et un jour tu te rends compte que cette fois, tu ne peux même plus du tout courir. Je ne dirais même pas que c’est le moment où tu acceptes ! Car avant, tu passes par de la colère, puis la peur. Et enfin une période qui ressemble à une dépression.

 

Mais finalement c’est cette étape qui est la plus décisive. C’est le moment où tu prends conscience que ce qui a été fait, a été fait et que de toute façon tu ne pourras rien changer. Tu renonces à l’illusion de toute puissance. Et tu commences à chercher de vraies solutions. Il est temps de remonter la pente et de changer le sens de la spirale. Comme une révélation, tu découvres le cadeau caché. Tu t’enrichis de tes recherches et de tes investigations. Tu trouves des réponses. Au mieux, tu trouves la solution. Au pire, tu découvres des trésors que tu ne cherchais pas. Et c’est ainsi que j’ai profité de cette situation provisoire en découvrant que, dix ans après avoir arrêté le cyclisme pour me mettre à la course à pied, je pouvais encore gagner des courses de vélo et tirer profit de toute ma méthodologie d’entraînement inspirée de la course à pied.

 



QUELLE EST CETTE MÉTHODOLOGIE DONT TU PARLES ?



Il y a dix ou quinze ans quand je pratiquais le cyclisme à un niveau national, je réfléchissais pas beaucoup. Je faisais un stage au soleil en début de saison pour préparer les premières courses et après, de février à octobre, sans craindre les longs déplacements, j’enchaînais les compétitions tous les week-ends et même en semaine. L’entraînement consistait juste à faire des heures de selles ou au mieux de rouler derrière un scooter pour simuler la course mais rien de très structuré.
En revanche, en course à pied tu cibles tes objectifs et organises tes entraînements en fonction des différents cycles physiologiques dans le cadre d’une préparation : adaptation, développement, travail spécifique, assimilation, surcompensation et forcément, quelque chose que je fuyais : la récupération.

 

 

ET A QUEL MOMENT DOIT-ON RÉCUPÉRER ?

 

Je l’ai surtout découvert en course à pied : la récupération physique est une phase importante qui fait partie intégrante de l’entraînement. Il ne faut pas la négliger. C’est souvent la clé du succès. C’est elle qui permet d’assimiler le travail. Pourtant, il n’est pas toujours simple d’identifier le moment. Déjà parce que c’est subjectif et très individuel. D’autre part parce que, quand bien même tu l’as programmée à un instant défini, tu peux te faire surprendre prématurément et que cela dépend aussi des périodes. Et enfin, parce que la tendance générale est à la surenchère et qu’on ne veut surtout pas avoir l’impression de baisser les bras. Pourtant, il y a des signes qui donnent de bonnes indications : des résultats qui baissent, la fatigue et des douleurs musculaires inhabituellement persistantes, un moins bon sommeil, un manque de motivation, un état de stress ou d’anxiété inexpliqué, des modifications au niveau de l’appétit, un cœur au repos qui bat plus vite ou qui monte moins haut à un effort maximum, etc

 

 

COMMENT RECUPÈRE-T-ON ?

 

La qualité du repos, l’hydratation et l’alimentation est à mon avis, le tiercé sur lequel il convient de miser en priorité ! Mais il existe aussi d’autres outils efficaces. Je suis un grand utilisateur de la CCE (Cryothérapie Corps Entier) par exemple, dont je profite régulièrement des bénéfices chez CRYOCARE à Franconville dans le val d’Oise (Voir l'article dans lequel il nous dévoile l'un de ses secrets de réussite). Disons que pendant la phase qui a précédé la récupération, tu as accumulé des perturbations biologiques parfois importantes qui nécessitent une reconstruction. Et de la même façon que la CCE contribue à optimiser la qualité de cette période et à en raccourcir significativement les délais, il y a justement un nouveau complément alimentaire qui fait pas mal de bruit en ce moment et qui a été remis au goût du jour. C’est le fameux STIMIUM MC3 !

 

 

ET QU’EST-CE QUE LE STIMIUM MC3 ?

 

De façon simple c’est un correcteur métabolique. Un complément nutritif pour sportif et la substance utilisée n’est pas nouvelle. Autre fois, on l’utilisait sous le nom du STIMOL. Il s’agit du malate de citrulline. Les cyclistes, les footballeurs, les coureurs à pied, les tennismans et tous les sportifs qui s’entraînent dur en consomment depuis plus de quarante ans. Ils la consomment pour mieux anticiper la fatigue et récupérer de l’entraînement, de la compétition ou des baisses de forme notoires dans la saison sportive.

Le STIMIUM MC3 c’est donc le résultat de, essentiellement, deux ingrédients :

 

1)    Le malate, qu’on retrouve notamment dans la pomme. Et c’est un des agents fondamentaux du cycle métabolique pour la production d’ATP.

 

2)    La citrulline, elle, elle est naturellement présente dans les cucurbitacées telles que les courges ou les pastèques. Et ces aliments naturels sont un bon intermédiaire du cycle de l’urée.

 

Enfin, obtenu par bioconservation, l’association du malate et de la citruline du STIMIUM MC3 a ainsi l’avantage de permettre au corps de se remettre plus facilement du traumatisme physique lié aux efforts prolongés. Et dernière chose, il facilite ainsi l’épuration des déchets toxiques des muscles et relance la production d’ATP au sein des cellules.

 

 

POURQUOI UTILISER LE STIMIUM MC3 ?

 

C’est une solution simple et efficace pour retrouver rapidement un équilibre physiologique après une charge d’entraînement ou après une baisse de forme dans la saison sportive. Le STIMIUM MC3 optimise la récupération musculaire. Il favorise l’oxygénation des muscles. Et enfin, dans une programmation d’un plan d’entraînement organisé par blocs de charge entrecoupés de périodes en récupération active : il permet une meilleure gestion de la fatigue musculaire et une meilleure assimilation du travail après la phase de développement justement. Et, un dernier point de détail qui fait une différence est qu’il s’agit de petits sticks très faciles à transporter et dont le contenu sous forme de gel au goût d’agrumes est étonnamment doux et savoureux.

 

 

QUEL IMPACT A EU TA CURE ?

 

Après une période de deux mois d’entrainement intensif et un mois de satisfaction en compétition dans ma discipline « provisoire », s’en est suivi une période de fatigue importante. Plus de son, plus d’image ! Les batteries à plat… Faut dire que probablement grisé par de bons résultats, pied au plancher, j’ai fini par « sérer le moteur », comme on dit. Ainsi associée à une période d’allégement de moitié du programme, d’un tiers dans le volume des intensités et sans compétition deux week-ends de suite, j’ai donc fait une cure de huit jours de STIMIUM MC3. Huit jours pendant les quels je prenais quotidiennement 4 sticks : un avant et un après l’entraînement et un, trente minutes avant les repas du midi et du soir. Assez rapidement j’ai ressenti une différence qui n’était pas (je la connais…) seulement lié à la baisse d’activité. Au quatrième jour, les douleurs dans les jambes ont totalement disparu et très vite mon amplitude cardiaque a retrouvé sa norme habituelle.

 

 

QUELS AUTRES BÉNÉFICES AS-TU IDENTIFIÉS ?

 

Par voie de conséquence, les premières choses facilement identifiables sont : le fait que j’ai vite retrouvé la bonne humeur et l’envie de retourner m’entraîner mais aussi un meilleur sommeil et un appétit plus cohérent. Enfin, avant la cure, fatigué, j’avais identifié en compétition que ma fréquence cardiaque maximum ne dépassait plus les cent soixante dix pulsations par minute pour un maximum théorique à cent soixante quinze. De la même façon, j’avais dix pulsations de trop le matin au réveil avant même de mettre le pied parterre. Huit jour après, j’avais retrouvé mes valeurs et les cent quarante deux pulsations de ma « réserve cardiaque » (ndlr : FCM – fréquence au repos) de référence quand je suis en forme.

 

 

QUEL AUTRE PRODUIT AURAIT PU T’OFFRIR CES RÉSULTATS ?

 

Après un sommeil de qualité, une hydratation suffisante et appropriée et une alimentation saine et équilibrée, la Cryothérapie Corps Entier est l’outil de récupération que je privilégie, néanmoins les compléments alimentaires de récupération peuvent être aussi excessivement intéressants. Mais seulement lorsqu’ils sont de bonne qualité. Dans ce sens, je retrouve quelques similitudes entre les bénéfices du STIMIUM MC3 et ceux de l’ACM20. Ce sont deux compléments alimentaires de très bon choix avec néanmoins une préférence personnelle pour le STIMIUM MC3.

 

 

POURQUOI CETTE PRÉFÉRENCE ?

 

L’ACM20 est très intéressant aussi. C’est un sachet contenant une protéine en poudre hautement assimilable qui comprend des acides aminés, des vitamines et des oligo-éléments. Comme le STIMIUM MC3, le produit a lui aussi fait l’objet de nombreuses études cliniques qui ont permis de confirmer les bénéfices sur la récupération. Ces deux laboratoires, ACM et BIOCODEX, qui distribuent respectivement l’ACM20 et le STIMIUM MC3 sont des laboratoires français très sérieux qui inspirent confiance. Tous les deux ont le label Sport Protect et sont conformes à la norme antidopage. La récupération est importante et concerne tous les sportifs qui s’entraînent régulièrement mais il ne faut pas faire n’importe quoi. Je me méfie de tous ces produits super packagés qu’on trouve sur internet, made in USA ou made in China. Mieux vaut raccourcir les circuits de distribution entre le fabriquant et l’utilisateur final et au mieux : consommer français. Au moins là, avec ACM et BIOCODEX, c’est du made in France, on en est garanti, on a des produits qui vont dans le sens des athlètes et qui respectent les valeurs du sport. Mais pourquoi ma préférence pour le STIMIUM MC3 ? Pour des questions de logistique : plus simple, plus pratique, plus petit, plus facilement transportable, mais aussi meilleur au goût et des bénéfices qui m’ont semblé plus évidents. Et enfin, STIMIUM MC3 a profité, dans sa conception, de l’expertise et de la solidité d’un groupe pharmaceutique français puissant. BIOCODEX c’est presque mille collaborateurs à travers le monde et plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires dont une partie significative réinvestie en Recherche & Développement…

 

 

À QUI S’ADRESSE LE STIMIUM MC3 SELON TOI ?

 

Faut l’admettre, ça a fait du bruit : Henriette LOPY-LEPAROUX, la directrice de la division sport chez BIOCODEX s’est entourée d’ambassadeurs de luxe, parmi lesquels : Pauline FERRAND-PREVOT, Luc ABALO, Leslie DJHONE, Yohan DURAND ou encore Sophie DUARTE. C’est un gros coup marketing mais le dénominateur commun de tous ces athlètes c’est que ce sont des champions qui inspirent confiance. Et s’ils ont choisi le STIMIUM MC3 pour leur récupération c’est qu’il y a forcément pour eux un intérêt mesuré sur leur performance. Pourtant en terme de récupération personne n’est à privilégier. Dès l’instant où tu t’entraînes régulièrement et que tu prépares un objectif, tu es concerné…

 

Merci à toi Jeff pour ton temps et bonne continuation, à vélo et à pied.

 

Retrouvez la gamme STIMIUM disponible en cliquant ici ainsi que dans vos magasins Boutique Marathon Bercy et Boutique Marathon Courcelles.