ABANDONNER, SE LAISSER TENTER OU S’ADAPTER...
Je ne suis pas tout seul dans l’aventure… Pas si simple de préparer le « 100 bornes » en vacances avec la famille. L’intégralité de ce 2è bloc, je l’ai fait au Portugal.
Il a ainsi fallu préalablement se fixer des règles. J’ai fait l’effort d’anticiper et de redéfinir mes objectifs quotidiennement. Je suis papa d’un petit garçon de 7ans et d’une petite fille de 4ans. Ils ont autant besoin de jouer, partager, chahuter, découvrir, avec leur papa que leur papa a besoin de profiter de ce moment particulier de l’année pour passer du bon temps au près d’eux. Et puis, les vacances sont aussi synonymes de détente, de « grasse mat’ », de villégiature, de balades ou d’apéros en terrasse. Et on est au Portugal : il peut faire aussi excessivement chaud surtout dans le sud. Ce n’est pas le plus adéquat pour préparer un « ultra ». Et enfin, si j’ai aussi toute une logistique autours de moi, quand j’évolue à domicile, là, ça m’oblige à m’adapter : pas de masseur, de  kiné ou de médecin, l’absence de tous ces ustensiles et outils que j’utilises en PPG, un vélo de fortune qu’on a bricolé avec de la récup, la place du congélo qui est plus occupée par des cornets au chocolat ou des sorbets aux fruits que mes fameux sacs de cryothérapie, etc, etc.
Bref, ma passion est déjà suffisamment égoïste pour que je ne fasse pas d’effort.


« L’être qui survivra n’est ni le plus riche ni le plus intelligent mais celui s’adaptera le plus rapidement au changement » - Charles DARWIN

Cadre dans l’industrie vétérinaire et quand-même assez souvent en déplacement, je crois qu’après avoir passé 11ans dans cette même boîte, je peux dire, aujourd’hui, que je me suis déjà entraîné à, à peu près toutes les heures possibles d’une horloge. Dans un paquet de pays. Et, de -20 à +40° C au thermomètre, sous toutes les conditions météorologiques possibles. Cependant, le plus difficile, à mon sens, n’est pas de trouver le courage. Le plus difficile c’est de savoir s’adapter. Et là, c’est le moment où je sorts ce que j’appelle mon « mind mapping »…

LE MIND MAPPING
Tu te demandes ce qu’est un mind mapping ? C’est ça : un mind mapping c’est un genre de graphique intellectuel représentant : des idées, des tâches, des mots, des convictions, des obligations, etc, liés entre eux autour d’un seul sujet central. C’est très individuel mais c’est super pratique pour organiser ses idées de façon intuitive autour d’un noyau central. En gros, c’est super pour organiser clairement ses idées. On pourrait presque dire que c’est un concept. Il reprend la façon dont le cerveau fonctionne et aussi la raison pour la quelle il est aussi intuitif. Je suis pas clair ? C’est ça ? Tu veux une méthode simple ? Comme dirait Riton. Riton, c’est mon père. Mais, même si c’est un paysan, il n’y a pas plus intelligent (Rire…) : « mieux vaut un bon dessin que 1000 mots », alors identifie et met en évidence sur une feuille, les différentes casquettes que tu es amené à porter dans ta vie : peut-être maman ou papa, peut-être épouse ou mari, mais aussi : parent, fils, fille, frère, sœur, ou encore : collègue, voisin, ami, et surement : coureur à pied puisque tu es entrain de lire le blog (Rire…). Et mets dans une bulle d’une taille plus ou moins importante ta « position » en fonction de l’importance ou de la priorité que tu lui accordes. ça va t’aider à y voir plus clair et de rebalancer si tu vois que ça se déséquilibre…


On continue avec des mots anglais ? Allez, cette fois : « No Pain, No gain »
Tout en évitant la chaleur portugaise et en optimisant l’hydratation, 2 semaines pour :
- 378kms cumulés sur ce 2ème bloc de la « prépa ».
- 180kms la première semaine
- 198kms la seconde
- Dont 2 sorties, représentant l’équivalent d’un marathon en moins de 3h00’00’’. Et souvent très tôt le matin…
- Des séances à allure semi-marathon le plus souvent en milieu de semaine et sur un volume d’intensité de presque 1 heure cette fois
- Je  vous avoues un secret ? Oui, avant de partir 3 jours en excursion, j’ai appelé l’office du Tourisme de la ville où nous étions. Pourquoi ? Et bien, juste pour savoir où je pouvais trouver un tapis de course (réglable jusqu’à 20km/h et avec possibilité d’inclinaison) et profiter d’une clim’ parce que dans cette partie désertique du pays, la température ne descend jamais sous les 30° l’été… Et si tu as peur d’économiser le cycle arrière en utilisant un tapis de course, tu n’as qu’à jouer sur l’inclinaison et l’orienter à 3%, tu vas voir…
- Une fois, en restant sur place dans cette sale de sport, je suis même parvenu à « parcourir » 30 bornes en 2h avec quelques exercices.
- Si, non, pour le reste de la semaine, d’autres séances à allure marathon plus en fin de semaine d’ailleurs et sur un volume d’intensité de plus d’une heure
- Chaque semaine, un travail en côte et un autre en descente. Très simple à trouver pour ceux qui connaissent le relief de l’arrière pays…
- On maintient quand-même un peu de dynamisme avec un fartlek court à 100% de la VMA le bord du littoral
- Et un bon paquet de footings d’1 à 2 heures placés ici et là…
- Un petit peu de vélo sur une bicyclette qui ne fera pas rêver les amateurs de belle mécanique.
- Quelques séances de PPG improvisée cette fois à la plage
- Des séances d’abdos gainage où tu inities toute la famille
- Quelques séances d’électrostimulation en « mode Force » ou en « mode capillarisation » que tu peux même faire dans la voiture pour ne pas bouleverser les plans des vacances. Ou le temps de 4 pages de cahier de vacances quand le fiston se débrouille bien…
- Toujours un gant de toilette et une bouteille d’eau Cologne dans un sac à dos. Avec ce planning, « pas toujours le temps de prendre une douche, le cochon… »
- Et pour la cryo : très simple, on est au Portugal, on se baigne dans l’atlantique, il suffit de profiter des courants froids du gulfstream

FINI LES VACANCES !!!

Après deux semaines encore plus folles que les précédentes, alors que les vacances se terminent et hasard de la calendarisation du plan, vient, paradoxalement, le moment de « se reposer » ou plutôt : « d’assimiler », le temps d’une semaine. Et pour remettre les idées en place, à peine atterri à Beauvais. Beauvais : le nouvel aéroport des portugais pour ceux qui ne le connaissent pas encore (qu’on remette les choses à leur place : je suis con et je suis breton / c’est ma belle famille qui vient de cette jolie partie là de la péninsule ibérique). Mais en tous les cas, rien ne vaut un bon choc thermique à -180°C chez mon pote Guillaume LANGE pour te refaire un homme. Une technologie de pointe... Exposition à une température extrême pour psychiquement stimuler les prédispositions analgésiques ou comment augmenter de façon phénoménale les hormones à effet cicatrisant et anti-inflammatoire. À Franconville dans le 95, au pôle Chenel, Une des très-très rares cryothérapie corps entier en France : http://www.cryocare.info/ (D'ailleurs, un article à suivre prochainement sur la cryothérapie corps entier).
 


Et, dans une semaine, on sert la vis d’encore un cran. On construit le dernier étage de l’édifice…